Rincón del lector Francés Básico

 

 

basico-02-12-2016-001

 

 

 

basico04-11-2016-001

Le 07-10-2016

basico-07-10-2016-001

Le 13-05-2016

niveau élémentaire, 13-5-2016-001

_________________________________________________________________________

Le 08-04-2016

poisson d'avril 8-4-2016-001

_________________________________________________________________________

Le 26-02-2016

Mardi-gras-001

_________________________________________________________________________

Le 29-01-2016

La chandeleur

_________________________________________________________________________

Le 11-12-2015

Basico--11-12-2015-001Basico--11-12-2015-002

_________________________________________________________________________Débutant 06-11-2015-page-001

_________________________________________________________________________

Campagne

Avantages et inconvénients de vivre à la campagne

S’installer en milieu rural, possède, comme toutes choses, ses avantages et ses inconvénients. Voici un aperçu:

Les avantages: 

Dans un premier temps, et c’est indéniable, l’installation à la campagne permet de respirer tout simplement. L’air est pur et naturel et la différence avec la ville est immense. De plus, à la campagne, les espaces verts ne manquent évidemment pas , et on peu se balader sur demande, que ce soit à pied, à vélo, à cheval ou autre. Par ailleurs, la campagne est un environnement très propice à une adaptation et des rencontres faciles. Les gens prennent plus le temps de dire bonjour, de sourire et de discuter. Les enfants en bas-âge s’y sentent généralement épanouis, et ont la possibilité de jouer dehors en permanence, sans nécessairement votre surveillance. D’autre part, s’installer à la campagne ouvre la porte à de nombreuses opportunités d’entrepreneuriat. En effet, cela peut être le moment pour vous de concrétiser un projet mûrit auparavant ou non, d’ouvrir un commerce, dont bien sûr, il convient à vous d’identifier les besoins de la zone dans laquelle vous vous installez. Enfin, rien de mieux que ne pas entendre le bruit des voitures, ou des voisins qui parlent vivement, ou écoutent la TV trop fort. En effet, à la campagne, c’est généralement un calme permanent dont vous pouvez profiter pleinement, notamment quand le soleil se couche.

Les inconvénients:

Les principaux inconvénients sont liés à la distance. En effet, vivre en milieu rural nous rend systématiquement dépendant de la voiture. Que ce soit pour se rendre à son travail, aller à la poste, à la boulangerie ou faire les courses, tout ce dont nous avons besoin est généralement éloigné du domicile, ce qui nous fait passer pas mal de temps dans la voiture chaque jour. Pour les enfants c’est le même problème pour se rendre à l’école, au collège ou au lycée. Généralement ils doivent prendre le bus.  Enfin, loin de la ville veut également dire loin de tous les divertissements culturels (cinémas, théâtres, musées, concerts…). Au final, lorsque l’on prend la décision de s’installer en milieu rural, il est important de ne pas avoir d’a priori, puisque chacun peut façonner sa propre campagne en fonction de ses désirs et ses projets.

8-5-2015, Niveau de base. Source : http://www.parcoursfrance.com

 

Le 1er mai, est un jour férié, c’est la fête du travail.

muguet

Depuis 1947, le 1er mai est un jour chômé et payé en France.

Traditionnellement ce jour est consacré aux défilés des syndicats dans les grandes villes.

C’est aussi un jour de fête pour le muguet, car la tradition populaire veut qu’on offre un brin de muguet comme porte bonheur.
Le muguet est une petite fleur blanche de printemps. Le 1er mai on offre un brin de muguet aux gens que l’on aime. Le muguet est une fleur “porte-bonheur”. Au printemps, les clochettes du muguet sont blanches, alors que l’été elles sont rouges.

C’est un porte-bonheur car c’est la fleur qui symbolise le BONHEUR.

En 1890, lors du premier mai, les manifestants portent un petit triangle rouge, symbole de la division de la journée de travail en trois parties : travail,  sommeil,  loisirs (trois huit heures)

Plus tard, ils fleuriront leurs boutonnières d’églantines, symbole de la foi en la Révolution et fleur traditionnelle du nord de la France (d’où le surnom donné aux socialistes vers 1900 : les églantinards).

1907, lors du 1er mai,  le muguet, fleur traditionnelle de l’Ile-de-France (Chaville, Meudon), apparaît.

1936, au 1er mai, on vend des bouquets de muguet cravatés de rouge.
Niveau de base, 17 avril 2015, Source : http://www.momes.net/Fetes

 

 

 

 

les plats typiques

LES PLATS TYPIQUES FRANÇAIS

Les régions du Nord : nous allons trouver des plats succulents, contenant de la viande cuite avec de la bière (la « carbonade flamande » du Nord-Pas-de-Calais), des préparations au four (la « ficelle » en Picardie), des tripes (les fameuses « tripes de Caen » en Basse-Normandie), et en ce qui concerne la Haute-Normandie, on y prépare la « confiture de lait », un équivalent assez bon du « dulce de leche » !

Il ne faut pas oublier les crêpes. Nées en Bretagne, faciles à préparer, très versatiles et largement répandues par toute la France, que ce soit dans sa version salée ou sucrée.

Plus au sud, Pays de la Loire nous reçoit avec un gâteau assez spécial : le « gâteau Nantais », fais avec des amandes et du rhum des Antilles. Poitou-Charentes et Aquitaine, en tant que des régions sur l’Atlantique, ont parmi ses plats les plus connus des préparations à base de poisson, citons par exemple la « mouclade charentaise » (plat à base de moules de bouchot, avec des échalotes, du beurre de Charentes, des jaunes d’œufs, du vin blanc sec charentais ou du Cognac, de l’ail, un bouquet garni et de la crème fraîche) et le « thon basquaise », plat typiquement basque, où règnent les fortes saveurs des épices.

Au Sud-ouest, dans les montagnes, nous trouvons des ragoûts très connus : en Midi-Pyrénées, le « cassoulet », un ragout de viande et haricots blancs, et en Languedoc-Roussillon est populaire le « civet de sanglier », préparé avec de la viande et du sang du sanglier.

Vous connaissez sûrement un plat typique de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur: il s’agit d’un plat composé de légumes (des aubergines, des tomates, des courgettes, des poivrons, des oignons…) cuits dans l’huile d’olive, aromatisé de basilic… vous avez deviné ? c’est un plat qui a donné son nom à un film de dessins animés dont le personnage principal est un « rat »… oui ! C’est cela : la fameuse « ratatouille », repas typiquement provençal et méditerranéen. En cette région du sud on prépare aussi une soupe de poissons et crustacés très connue, appelée « bouillabaisse ».

Et n’oublions pas la Corse ! On y trouve des spécialités qui ont l’air italien dans le nom et dans le goût, comme les « cannistrelli » (des petits gâteaux à base de vin blanc) et il est très commun de trouver des plats faits avec des châtaignes.

Si l’on vous dit « Alpes », ou « Savoie » et que vous êtes en train de penser aux repas, la « fondue savoyarde » (ou simplement la « fondue ») vous vient certainement à l’esprit ; ce plat à base de trois fromages à pâtes différentes fondus, où l’on trempe des morceaux de pain, est l’un des plus typiques de la gastronomie française et l’un des plus répandues aussi hors de la France.

Les régions plus centrales d’Auvergne et Limousin offrent des plats aussi chargés de viande et légumes, citons par exemple la « potée auvergnate » et le « chou farci », respectivement typiques des régions nommées. En région Centre, mais aussi dans toute la France, on trouve une création de la pâtisserie française de laquelle il existe beaucoup de variantes : la célèbre « tarte Tatin », une (simple ?) tarte aux pommes renversée, où le plus important c’est les pommes, pas la pâte, sa fonction n’étant que de lier les fruits.

En continuant notre chemin vers l’Ouest, la région de Bourgogne nous accueille avec un ragoût de viande de bœuf et légumes au vin rouge : le « bœuf bourguignon », et en Franche-Comté, nous trouverons le « soufflé au fromage ».

En Alsace, la cuisine prend des notes allemandes : elle combine parfaitement le vin blanc et le chou français avec les saucisses, les lardons et le jambon allemands, pour réussir l’un des plats les plus connus de ces deux pays : la « choucroute ». Très près, en Lorraine, on utilise aussi le jambon et des lardons dans la préparation d’une tarte salée qui contient, en plus, de la crème et du fromage sur de la pâte brisée : il s’agit de la « quiche Lorraine ». Cela vaut bien la peine de détourner un peu et parler ici d’histoire, car les caractéristiques des plats de ces régions ne s’expliquent pas seulement par la proximité territoriale, mais aussi par le fait que ces territoires d’Alsace et Lorraine ont fait partie de l’Allemagne pendants des années, et ce n’a été qu’après la Seconde Guerre Mondiale qu’ils ont été rendus à la France par l’Allemagne battue.

Ces caractéristiques allemandes continuent à être présentes en Champagne-Ardenne : on y prépare une charcuterie élaborée à partir d’éléments du tube digestif du porc, avec des épices, des condiments, des vins ou alcools, appelée « l’andouillette ».

Enfin, dans ce parcours rapide et imaginaire par les régions françaises nous sommes arrivés en Île de France…ah ! Paris et ses spécialités gastronomiques ! La « blanquette de veau », le « croquemonsieur »,  les « crêpes Suzette », le « cordon bleu » et tant d’autres délices sont offertes par la Ville Lumière dans ses restaurants et bistrots.

 

Niveau de base, 13-3-2015 Source :

http://www.bonjourdumonde.com/blog/argentine/7/culture/les-plats-typiques-de-la-france

 

 

 

Les destinations touristiques préférées des Français
Les Français partent encore peu à l’étranger, mais les destinations soleil ont le vent en poupe. Les vacanciers sont de plus en plus nombreux à profiter de leur temps libre supplémentaire et des voyages à prix cassés.
Départs de dernière minute
“L’effet 35 heures” est palpable par tous les professionnels du tourisme : on part plus, mais moins longtemps. Et surtout en dépensant moins : le budget est divisé par le nombre de séjours. Si la première quinzaine d’août reste le pic de départs en vacances, les Français sont de plus en plus nombreux à se décider au dernier moment, en fonction d’un événement touristique particulier, ou pour bénéficier d’une offre tarifaire intéressante. Internet a d’ailleurs changé la donne à ce sujet : plus besoin de réserver son voyage dans une agence traditionnelle quand on peut avoir accès à toutes les offres de chez soi et en temps réel. Selon une étude de la Sofrès, 40% des Français n’ont pas de projet précis avant de partir en vacances.Vacances pas chères
Pourtant, certaines destinations étrangères arrivent quand même à tirer leur épingle du jeu. La Croatie, par exemple, fait le plein de touristes depuis 2 ans. Le dollar faible rend les Etats-Unis attractifs (+22% en 2004), et l’Asie a attiré 45% de touristes Français de plus avant le tsunami. La recette gagnante : le soleil, la chaleur, et les petits prix. Il faut dire que les vols à bas coûts ont considérablement développé les voyages à l’étranger. Les petites compagnies Charter et les compagnies “low cost” ont cassé les prix : on peut ainsi trouver un Paris-Djerba à 300 euros ou un Paris-Bangkok à 500 euros. Les voyagistes s’adaptent au raccourcissement des séjours avec des offres de week-end à Ibiza ou une petite remise en forme à Marrakech.Un voyage à l’étranger dure en moyenne 7,9 jours, mais bien entendu plus on part loin et plus il s’allonge. En tête des destinations les plus prisées figurent l’Espagne et l’Italie, avec un quart des séjours à elles deux.
Destination Part des séjours des Français à l’étranger
Europe 66,3%
dont Espagne 14,9%
Italie 10,3%
Grande-Bretagne 5,9%
Belgique, Luxembourg 5,6%
Allemagne 4,9%
Portugal 2,6%
Grèce 1,6%
Amériques 8,1%
dont Etats-Unis 2,4%
Afrique 16,2%
dont Maroc 4,9%
Tunisie 4,6%
Egypte 2,9%
Asie et Océanie 4,1%
Outre-Mer 4,5%
Source : TNS Sofres, “Suivi de la demande touristique”, étude portant sur un échantillon de 20 000 personnes et plus résidant en France métropolitaine.  ____________Niveau de base, 6 février 2015. Source : http://www.linternaute.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

bonnes-resolutions-2013-300x298

 

 

 

 

 

 

Comment être sûr de réussir ses bonnes résolutions pour l’année 2015?

Pour améliorer vos chances de réussites voici quelques astuces :
– Découpez votre objectif en sous activités plus simples à atteindre (ex: pour se lever 1h plus tôt, il faut commencer par se coucher 15 minutes plus tôt durant 1 semaine et se lever à chaque fois 15 min plus tôt)
– Faites une liste écrite avec vos bonnes résolutions, et affichez là au dessus de votre bureau.
– Fixez vous un planning, avec le début de ces nouvelles habitudes dans votre calendrier.
– Accordez vous des récompenses lorsque vous avez atteint votre objectif (cadeau restaurant…)
– Laissez-vous du temps pour mettre en place cette nouvelle habitude afin qu’elle ne soit pas une contrainte, mais un challenge positif.
– Réservez du temps dans votre agenda pour cette nouvelle habitude, si possible dans votre train train quotidien (ex : le matin juste avant de partir au travail, le midi avant d’aller manger, le soir juste après manger…) afin que cela devienne une “tradition” et que vous ne dérogiez plus à cette nouvelle règle.
– Laissez-vous la possibilité d’assouplir votre calendrier selon les contraintes externes, mais en notant bien une date pour reprendre ces bonnes habitudes.
– Analysez les grandes dates de votre année pour savoir où caler les bonnes résolutions (ex: si votre objectif est de perdre du poids, cela ne sert à rien de commencer lors des fêtes de fin d’année).
– Trouvez une méthode clé en main et simple pour commencer (ex: les agendas avec 1 expression d’anglais par jour comme ce livre “Se remettre à l’anglais en 10 minutes par jour“)
– Faites vous aider, soit avec votre conjoint, un ami… ou en tenant un blog sur votre nouvelle bonne habitude (comme Olivier Rolland et son défi de lire les 52 livres du Personal MBA en 52 semaines), car c’est toujours plus facile de se motiver quand on est plusieurs !
– Identifiez la vraie source du problème au lieu d’essayer de réparer les conséquences. Si vous êtes de mauvaise humeur, si vous fumez trop… à cause du stress de votre boulot il faut peut être réfléchir à changer de travail ou à passer à temps partiel.
– Mettez en perspective les gains apportés par cette nouvelle habitude, et planifiez la mise en pratique dans votre agenda (ex: si vous arrêtez de fumer, accordez vous 25% de la somme économisée pour faire un cadeau ou un voyage).
– Déterminez un objectif clair et mesurable (ex: rentrer tous les soir du travail à 20h, sauf exception), et faites des bilans intermédiaires dans l’année pour voir si vous vous y tenez.
– Inscrivez vous à un groupe sur le Web ou dans la vie réelle afin de rester motiver et d’obtenir du soutient
– Mettez une photo ou une image du but à atteindre dans votre chambre pour l’avoir en vue tous les jours
Source : http://www.conseilsmarketing.com/communication. Niveau de base, 12-12-2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

france_loisirs

 

La France a la réputation d’être un paradis pour les travailleurs qui, apparemment, y travaillent moins que dans d’autres pays. Les Français ont aussi la réputation de ne pas aimer le travail, de ne penser qu’aux vacances etc. Ces jugements sont sévères et probablement injustes, il est préférable de dire que la plupart des Français sont fortement attachés à leur vie en dehors du quotidien professionnel et qu’en France la législation du temps de travail est très règlementée : 35 heures de travail par semaine, 5 semaines de congés payés par an, 11 jours fériés, congés de maternité pour les femmes (16 semaines, dont 6 avant l’accouchement), congés de paternité pour les hommes (2 semaines).

L’industrie des loisirs est un secteur en fort développement, les offres sont de plus en plus variées et compétitives. Globalement, les Français consacrent 5 à 10% de leurs revenus pour les loisirs, les produits culturels, les jeux, ce qui représente une dépense importante.

A la question : “Qu’est-ce qu’on fait ce soir ?” la réponse est souvent : “On va voir un film ?” Le cinéma est la distraction favorite des Français, 50% y vont régulièrement.

Lorsqu’ils sortent, les Français vont également au concert (10%), au théâtre (20%), au ballet et à l’opéra (10%), visiter des musées, des expositions, des sites historiques (60%). Il y a 1200 musées en France, qui attirent des dizaines de millions de visiteurs par an, mais pas seulement des Français. Parmi les musées les plus fameux figurent le Louvre, le château de Versailles et le musée d’Orsay. Plus de 1 500 monuments partout dans le pays accueillent des visiteurs, la tour Eiffel est le plus visité.

Les sites récréatifs attirent beaucoup de Français pendant les week-ends : depuis l’ouverture de Disneyland Paris dans les années quatre-vingts, d’autres parcs d’attraction ont ouvert, comme celui d’Astérix et d’Obélix en 1990, à 30 km de Paris. Mais il n’y a pas que les parcs pour s’amuser, il y a aussi ceux où on peut apprendre des choses nouvelles dans le domaine des sciences et des technologies: le Parc de la Villette à Paris, et le Futuroscope, près de Poitiers. Il y a aussi les zoos, où l’on peut observer en famille des animaux que l’on a pas l’habitude de voir en France : les girafes, les éléphants, les lions, les singes… Le Parc de Thoiry, à 30 km de Paris, offre à voir des animaux en quasi-liberté : pour leur rendre visite, on suit un itinéraire en voiture, comme au safari.

Pour les vacances d’été ou d’hiver, pour les longs week-ends, les Français prennent leurs voitures, se précipitent à la gare ou dans les aéroports pour quitter les villes, Paris en particulier.

La destination la plus naturelle l’hiver est la montagne : à Noël ou pendant les vacances de février, une semaine de ski le long des pentes enneigées est le rêve de beaucoup de Français. En juillet, et surtout en août, plus de 35 millions de Français partent en vacances (40% ne partent pas). L’été, on va plutôt chercher le soleil et la mer sur les côtes de la Méditerranée ou de l’Atlantique. Seulement 15% de Français visitent un pays étranger durant leurs vacances, et la plupart de ces séjours se passent dans un pays voisin, l’Espagne notamment. Lorsqu’ils voyagent plus loin, les Français font de courts séjours en Afrique du Nord, en Asie du Sud-Est. L’Amérique du Nord est également une destination très populaire parmi les jeunes. Les Français voyagent assez peu en groupes organisés, ils préfèrent l’aventure personnelle.

Les Français font beaucoup de sport : 80% déclarent pratiquer un sport régulièrement. Tous les types de sport sont cités : le football, le rugby, le tennis, le basket, la natation, le ski, la course à pied et le jogging, la bicyclette, la gymnastique, les arts martiaux ou tout simplement la marche à pied sont les plus communs. Les Français pratiquent aussi des sports plus rares : la planche à voile, l’escalade, la voile, la plongée sous-marine, le parapente, l’équitation, le golf, le canoë-kayak, le vélo tout terrain (VTT).

On pratique ces sports, surtout ceux qui se jouent collectivement, dans des clubs qui appartiennent à des fédérations. Il y a environ 10 millions de licenciés en France. Le football est le sport le plus pratiqué, avec 2 millions d’inscrits, loin devant le tennis (1 million) ou le judo (500 000).

Les Français passent naturellement beaucoup de temps à regarder des émissions sportives à la télévision : du football et du rugby notamment, car les équipes nationales sont de haut niveau. Mais aussi du tennis au mois de juin (Roland Garros), et le Tour de France au mois de juillet, grand événement cycliste de l’année. Le spectacle sportif télévisuel culmine au moment de la Coupe d’Europe et de la Coupe du Monde de football, ainsi que pour les Jeux Olympiques.

 

Niveau de base, 28-11-2014, Source : http://www.french.hku.hk

 

 

 

 

 

 

 

 

Les prénoms préférés des Français

 

 

gorgeous newborn baby sleeping

 

 

“Comment on va l’appeler ?” Si vous manquez d’inspiration, sachez qu’Emma et Nathan restent les prénoms préférés des Français. Pour la 10e année consécutive, le prénom Emma est le plus donné en France, se plaçant devant celui de Léa, placé en tête du palmarès pendant 9 ans. En 2014, les prénoms Lola et Chloé arrivent en 2e et 3e position du top 10, devant Ines (4e), Léa (5e), Manon (6e), Jade (7e), Louise (8e), Léna (9e) et Lina (10e).

Côté garçon, le prénom Nathan reste en tête du classement pour la troisième année consécutive. Suivent Lucas (2e), Léo (3e), Gabriel (4e), Timéo (5e), Enzo (6e), Louis (7e), Raphaël (8e), Arthur (9e) et Hugo (10e). Entrent Gabriel, Raphaël, Adam (13e) et Noah (16e),  les prénoms bibliques ont la cote.

D’autres prénoms commencent à gagner des places dans le classement.  Pour les filles, c’est le cas de Léonie, Lilye, Adèle, Zélie, Mila, Apolline (et toutes ses variantes orthographiques) ou encore l’original Inaya. Pour les garçons, les prénoms Aaron, Gabin, Robin, Eden et Camille gagnent du terrain.

Si à l’échelle nationale, Nathan et Emma arrivent en tête du classement, à Paris, ce sont les prénoms Louise et Gabriel qui sont en vogue. 347 Louise et 382 Gabriel ont ainsi vu le jour dans les maternités parisiennes, l’an dernier.

 

Niveau de base, 14, novembre, 2014, Source :http://lci.tf1.fr/france

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Halloween-in-Paris-1

Halloween

Aujourd’hui, Halloween est une fête nationale aux États-Unis et la seconde fête la plus rentable, après Noël. En France, elle est apparue à la fin des années 1990, mais n’a pas le même succès qu’outre Atlantique.

Origine d’Halloween

Le terme Halloween est l’abréviation anglaise d'”All Hallow’s Eve”, qui pourrait être traduite comme la veille de Tous les Saints ou la veille de la Toussaint1. Cette fête où l’on peut croiser des zombies, des vampires et autres déguisements effrayants, est en fait un héritage celtique d’une fête très ancienne, la fête de Samhain.

L’héritage d’une fête celtique

La fête de Samhain, Samain ou encore Samonios, est une célébration païenne et celtique qui commémorait la fin des moissons, la fin de l’été et le début de la saison courte (appelée la saison sombre en opposition avec la saison claire). Elle existe depuis environ 2500 ans et était fêtée le 31 octobre, qui correspondait au dernier jour de l’année du calendrier celte2. Lors de cette célébration, les druides priaient les Dieux pour les remercier des récoltes de l’année écoulée et afin qu’ils assurent leur protection durant l’hiver3.

La fête durait 7 jours, 3 jours avant la Samhain et 3 jours après, et était obligatoire. Elle avait pour but d’accueillir la nouvelle année, mais aussi les défunts, autorisés à rendre visite aux vivants ce seul jour de l’année4. Les disparus étaient honorés par un grand repas et avaient leur place à table1.

Les druides allumaient des feux sacrés pour faire revenir le soleil et chasser les mauvais esprits. Chaque habitant emportait chez lui une part de ce feu sacré pour allumer un foyer nouveau dans sa maison. La citrouille utilisée aujourd’hui comme lanterne pourrait rappeler les réceptacles utilisés pour ramener le feu chez soi5, et qui étaient

Un folklore irlandais exporté aux États-Unis

En Irlande, mais aussi en Écosse et au Pays de Galles, la célébration de Halloween a perduré. Vers 1600, la tradition était d’installer devant chez soi un navet dans lequel on avait placé une chandelle pour guider les âmes. Pour effrayer les mauvais esprits, des visages grimaçants étaient découpés dans les navets2.

Au XIXe siècle, une grande famine s’est abattue sur l’Irlande. De nombreux Irlandais émigrèrent aux États-Unis emportèrent avec eux cette coutume : les citrouilles illuminées ont remplacé les navets5.

Trick or Treat

Durant Halloween, les enfants, déguisés de manière effrayante, font du porte-à-porte en annonçant cette formule pour avoir quelques friandises5. S’ils ne récoltent rien, ils sont autorisés à faire une farce.

Les origines de la coutume Trick or Treat (un mauvais tour ou un cadeau) sont méconnues. Cette pratique était fermement ancrée dans la culture américaine dès 1950, puisqu’on la retrouve dans le comic strip Peanuts, plus connu sous le nom Snoopy et les Peanuts, ainsi qu’un épisode de Disney avec Donald Duck, nommé “Trick or Treat”. Ceci dit, on retrouve dans certaines traditions celtiques de la Samhain des pratiques de déguisement, à l’aide de peaux d’animaux7.

Célébration d’Halloween

Ce jour-là, les enfants arborent des déguisements terrifiants et sonnent à toutes les portes pour demander des friandises. Les mamans sont mises à contribution pour la préparation de nos Sorcières, Dracula et chauve-souris d’un soir. Une citrouille est évidée afin de représenter un visage. Une bougie est placée en son centre afin de compléter l’emblème de ce jour.

 

 

Niveau de base, 31-10-2014, Source : http://icalendrier.fr/fetes/halloween

 

 

 

Sachez reconnaître les différents styles vestimentaires des jeunes !

Le Bobo  (Bourgeois Bohème) est à la fois chic et tendance. Il aime les vêtements de marque, mais à condition qu’ils soient un peu usés, car il n’aime pas étaler sa richesse. On peut aussi le retrouver dans un dépôt vente à la recherche d’un petit haut vintage, dans un magasin bio où il achètera un tee-shirt ou des chaussettes en coton bio, ou encore dans une boutique de vêtements bon marché, pourvue qu’elle soit à la mode.
On le reconnaît à : ses pulls en cachemire, légèrement délavés et portés sur un tee-shirt détendu, ses jeans troués artistiquement, ses chaussettes toujours de couleur grise, marron ou noire, ses boots vintage…

 

Le Gothic  aime surtout le noir et… le noir ! Il a le teint pale et les cheveux corbeau ou rouge orangé. C’est peut-être une impression, mais à le voir, il ne respire pas la joie de vivre !
On le reconnaît à : ses débardeurs avec une tête de mort ou un serpent, ses chemises noires à manches longues et à col pointu, ses pantalons noirs cloutés ou décorés de fermetures, ses robes longues noires, unies ou avec une impression « connotation vampire », ses chaussures noires à hauts talons et/ou à semelles épaisses…

 

La lolita    a l’air sage comme une image et on la croirait sortie tout droit du collège.
On le reconnaît à : Ses chemisiers à col Claudine, ses blouses bien amples, ses jupes et ses robes de petite fille, sous lesquelles elle porte un collant en laine, ses ballerines, ses babies (chaussures plates avec une boucle), ses bottes d’équitation…

 

Le Skateur   Impossible de le manquer, car son skate n’est jamais très loin de lui. Sa planche fait vraiment partie de lui-même.
On le reconnaît à : Sa casquette vissée à l’envers, son tee-shirt fantaisie porté sous une chemise ouverte, son baggy, ses baskets…

L’oversized  issu de la culture de la Hip-Hop, aime les vêtements amples qui cachent ses formes. Même par temps de forte chaleur, il superpose ses vêtements. Il a plutôt un look décontracté, limite endormi.
On le reconnaît à : Ses sweets à capuche taille XXL, ses tee-shirts blancs basiques ultra-larges et ultra-longs son baggy (pantalon très large), acheté au moins deux tailles au-dessus de la sienne et qu’il porte très bas, histoire que l’on voit son slip, son bermuda qui descend en dessous du genou, son bonnet en acrylique ou en laine qui lui arrive jusqu’aux yeux, ses baskets à scratch ou délassée…

Le R’N’B  est un grand amateur de musique qui a pour idoles Pink, Rihanna ou Mariah Carey. Il aime le style sportwear, mais chic.
On le reconnaît à : Sa doudoune matelassée avec une capuche entourée de fausse fourrure, sa chemise en satin, son jean moulant taille basse et sa ceinture à grosse boucle, ses bottes pointues à talons aiguilles (pour les filles), son borsalino (pour les garçons).

Le Jah-Jah  Moitié Hippie, moitié Rasta, le Jah-Jah est coiffé de dreadlocks (mèches de cheveux emmêlées) et déteste les vêtements griffés. Il est ouvert aux autres et ne s’affole jamais.
On le reconnaît à : son poncho et son bonnet péruvien, son sac équatorien, sa blouse, son tee-shirt, son treillis, son sarouel, son pull en laine à capuche, son foulard dans les cheveux…

La Bimbo Ce look est adopté par les filles qui aiment mettre leurs formes en valeur et qui détestent les surcharges de vêtements !
On le reconnaît à : ses « tops », comprenez ses hauts qui laissent voir son nombril et entrevoir ses seins. Ses tee-shirts ultra-minis et ultra-moulants portent des messages à connotation sexuelle, ses jupes ou ses robes sont extrêmement courtes et si elle adopte le pantalon, ce sera plutôt un jean délavé à taille basse.

 

 

Niveau de base, 23-5-2014, Source : http://www.maxi-mag.fr

conseils bien-être
10 conseils pour une alimentation saine

  1. Mangeons des aliments variés !
  2. Basons notre alimentation sur des aliments riches en glucides
  3. Mangeons une grande quantité de fruits et de légumes
  4. Gardons un poids optimal pour la santé et le bien-être
  5. Mangeons des portions raisonnables, réduisons les portions sans pour autant réduire la variété
  6. Mangeons régulièrement !
  7. Buvons suffisamment !
  8. Bougeons !
  9. Commençons dès maintenant, en modifiant progressivement nos habitudes !
  10. Il n’y a pas de ” bons ” ou de ” mauvais ” aliments, mangeons de tout !

1. Mangeons des aliments variés !

Les aliments proposés aujourd’hui permettent d’avoir une alimentation très variée, que nous achetions des produits frais pour cuisiner, ou des repas tout-préparés. Si nous prenons un déjeuner riche en graisses, faisons un dîner ” léger “. S’il nous arrive un jour de manger au dîner une grosse portion de viande, nous pourrions peut-être choisir du poisson le jour suivant. Varions nos plaisirs!

2. Basons notre alimentation sur des aliments riches en glucides

La plupart d’entre nous ne mange pas assez d’aliments tels que le pain, les pâtes, le riz, les céréales ou les pommes de terre. Plus de la moitié des calories devrait provenir de ces aliments.

3. Mangeons une grande quantité de fruits et de légumes

Là encore, nous ne mangeons pas assez de fruits et de légumes, alors qu’ils fournissent d’importants nutriments protecteurs comme les vitamines et les fibres. Il faudrait en manger au moins cinq portions par jour, en essayant différentes variétés et de nouvelles recettes.

4. Gardons un poids optimal pour la santé et le bien-être

Notre poids optimal dépend de nombreux facteurs : sexe, taille, âge, hérédité… Une surcharge pondérale augmente le risque de maladies telles que les affections cardiaques ou le cancer. L’activité physique est un bon moyen d’augmenter notre dépense énergétique quotidienne et notre bien-être. Le message est simple : si nous avons pris du poids, nous devons manger moins et faire davantage d’exercice physique.

5. Mangeons des portions raisonnables, réduisons les portions sans pour autant réduire la variété

Si nous prenons des portions raisonnables, il sera plus facile de profiter de tous les aliments que nous aimons. Nous n’aurons pas besoin d’en éliminer. Par exemple, on considère comme portions raisonnables : 100g de viande, un fruit de taille moyenne, une tasse de pâtes (avant cuisson) et 50ml de crème glacée.

6. Mangeons régulièrement !

Sauter un repas, en particulier le petit-déjeuner, peut provoquer une faim entraînant la prise d’un repas trop copieux à midi. Prendre une collation entre les repas peut aider à apaiser la faim, à condition de ne pas en faire des repas supplémentaires

7. Buvons suffisamment !

Nous avons besoin de boire au moins 1,5 litres d’eau par jour ! Davantage s’il fait très chaud ou en cas d’exercice physique. L’eau et les boissons froides ou chaudes permettent de couvrir nos besoins.

8. Bougeons !

Comme nous l’avons vu, un excès de calories et une activité physique insuffisante peuvent entraîner une prise de poids. L’activité physique aide à brûler ces calories excédentaires. Elle est également bénéfique pour le cœur, pour le système cardio-vasculaire, pour la santé en général et favorise une sensation de bien-être.

9. Commençons dès maintenant, en modifiant progressivement nos habitudes !

Il est plus facile de modifier progressivement son style de vie que de le changer radicalement. Pour commencer, essayons seulement d’inclure à notre menu une portion supplémentaire de fruits ou de légumes chaque jour. Essayons plutôt de manger plus léger (moins de matières grasses), ou prenons des portions plus petites… et commençons par utiliser les escaliers sur notre lieu de travail !

10. Rappelez-vous, c’est une question d’équilibre

Il n’y a pas de ” bons ” ou de ” mauvais ” aliments, il n’y a que de bons ou de mauvais régimes. Ne nous sentons pas coupables d’aimer tel ou tel aliment. Au contraire, consommons-les avec modération, et choisissons d’autres aliments afin d’équilibrer et de varier notre alimentation, ce qui est vital pour être en bonne santé.

 

 

Niveau de base, 7-2-2014

Source : http://www.eufic.org/article/fr/expid/conseils-alimentation-saine/

 

 

 

Les tapas : les recettes idéales pour l’apéritif

image tapas

tendance cuisine : tapas

La saison estivale est la meilleure période de l’année pour les fêtes et les sorties en tout genre. Pour parfaire vos sorties en famille ou entre amis durant l’été, pensez aux recettes tapas.

Les tapas : une spécialité culinaire espagnole

Les tapas sont des spécialités gastronomiques espagnoles qui sont, la plupart du temps, servies dans les bars. Le mot est toujours employé au pluriel pour désigner les petits plats en accompagnement des boissons alcoolisées dans les bars espagnols. Les tapas peuvent se prendre à n’importe quelle heure de la journée au titre d’apéritif ou même de plat de résistance.

Selon la tradition espagnole, les tapas se consomment de bar en bar. Autrement dit, les gens dégustent un ou deux tapas en accompagnement d’une bouteille de vin ou de bière dans un bar. Ils changent ensuite de bar et répètent le même processus. Cette consommation nomade continue jusqu’au moment où les bars ferment ou que les clients en ont assez.

Les tapas : tendance de l’été en France

Les recettes et bars à tapas ont fait leur apparition en France en 2004. Le restaurant « Tapalocas » érigé à Avignon est réputé pour la qualité des tapas qui y sont servis. Le restaurant est également connu comme étant un des précurseurs des bars à tapas en France. Ces petits plats se consomment toujours dans la bonne humeur, avec des pics ou directement avec la main. En plein coeur de Paris, tout près des Halles, le restaurant « T’as pas des Tapas ? » propose une cuisine authentique et festive à l’image des bars à tapas que l’on retrouve dans la péninsule ibérique. Fidèle à la convivialité espagnole, l’accueil y est particulièrement chaleureux. Vous y dégusterez au choix un assortiment de tapas variés ou de raciones. Partie intégrante de la culture culinaire en Espagne, les raciones sont des plats qu’on partage entre amis, accompagnés d’un verre de vin.

 

Niveau de base, 19-4-2013, Source: http://mytendance.com/tapas-cuisine-tendance.html

 

 

 

 

Scan_Pic0008

NOËL EN FRANCE

 71220navidad_francia_01b

 

En France, la façon dont on fête Noël varie beaucoup d’une région à l’autre. Et ce n’est pas tout. Même la façon de nommer le père Noël varie: père Chalande, Homme Noël, Bonhomme Noël, Barbassioné, père Janvier, saint Nicolas…

Les Français aiment bien les crèches. D’ailleurs, à Aubagne, on façonne même des personnages en terre cuite, que l’on appelle “santons”, pour les mettre dans les crèches.

Les cantiques de Noël ont également leur place durant le temps des Fêtes. C’est d’ailleurs en Provence que l’on a inventé la chanson “Il est né, le divin Enfant”.

Durant les Fêtes, en France, on mange de la dinde, des marrons, du jambon, de l’oie, du rôti de porc, des huîtres et du foie gras. Le gâteau roulé appelé la “bûche” est encore présent, de nos jours, dans certaines régions. Les enfants reçoivent leurs cadeaux la nuit de Noël, alors que les adultes échangent des cadeaux le Jour de l’An.

 

Dans l’élaboration du menu de Noël, la question du dessert est essentielle. En Provence, il est d’usage de servir 13 desserts sur la table. Chaque convive, pour s’assurer de la chance et du bonheur pour l’année qui vient, se doit de goûter à chacun des 13 desserts.

 

Incontournable : La bûche Glacée ou pâtissière, aux fruits, au chocolat ou encore aux marrons, la bûche reste dans les esprits le dessert de Noël par excellence.

Après le chapon farci aux marrons, la terrine de foie gras et les amuse bouches aux Saint Jacques, on peut avoir envie de fraîcheur et de légèreté. Dans ce cas, les salades d’agrumes sont idéales : essayez la salade d’agrumes aux deux gingembres et ses biscuits aux noisettes, la salade d’oranges et crème légère, ou encore le gratin de fruits exotiques à la poudre de pain d’épices. Même si vous n’avez pas encore définitivement arrêté votre menu de Noël, une chose est sûre, le Champagne sera de la partie. Symbole par excellence de la fête, le Champagne est souvent servi à l’apéritif et pour aller avec le dessert mais il peut bien entendu également accompagner tout le repas du réveillon!

Source : http://www.galanet.be/dossier/fichiers/Natale, 13-12-2013

 

LA QUICHE LORRAINE


Les ingrédients pour faire une quiche lorraine :

Pour 4 personnes environ
– une pâte feuilleté
– 3 oeufs
– 20 cl de crème fraiche
– 140 g de fromage rapé
– 100 g de dés de jambon
– 8 tomates de tailles moyenne
– 1 pincée de sel et de poivre
La recette pour faire une quiche lorraine :
Préchauffer le four à 210 °

Etaler la pâte brisée sur un moule à tarte.
Dans un récipient battre les oeufs.
Ajouter la crème fraiche, le fromage rapé et les dés de jambon en mélangeant bien à chaque fois.
Couper les tomates en quatre et les ajouter à la pâte.
Verser la pâte dans le moule.
Ajouter sel et poivre.
Enfourner pendant 25 à 30 minutes ( surveiller)

 

 

Astérix: Johnny Hallyday et Vincent Cassel    entrent dans la légende

asterix

 

Ça y est, les Gaulois débarquent. Et avec eux Johnny Hallyday et Vincent Cassel comme vous ne les avez jamais vus. Dans Astérix chez les Pictes , le nouveau tandem aux commandes de la mythique bande-dessinée, Jean-Yves Ferri (à l’écriture) et Didier Conrad (au dessin), ne dérogent pas à la règle de la caricature de célébrités, malicieusement entretenue par leurs prédécesseurs depuis 1959.

 

En 2013, ce sont le rockeur et le comédien préférés des Français qui font leur apparitions dans les planches humoristiques. Page 29, Johnny entre en scène sous les traits… d’un chanteur. Une partie de sa chevelure est attachée en chignon sur le sommet de son crâne. Pour le reste, il n’y a pas de doute, c’est bien Hallyday. Barbe de trois jours, manchette au poignet, sourcils froncés… Tout y est. Un drôle de harpe celtique en forme de poisson lui sert même de guitare.

 

«Rocs autuuur du loch!» chante-t-il à tue-tête. La référence à Rock Around The Clock de Bill Haley (1956) n’est pas du goût d’Obélix qui lui passe illico une rouste. Alors qu’Astérix calme son acolyte, l’artiste s’impatiente face à un collègue musicien moqueur: «Quoi Mac Keul? Qu’est-ce qu’il a Mac Keul?». Oui, Johnny Hallyday se nomme ici Mac Keul. Vous aurez bien sûr compris le clin d’œil au titre célèbre de l’artiste. Quelques bulles plus loin, l’artiste écossais entonne un autre classique de la variété franco-belge: Ne me quitte pas de Jacques Brel transformé en Ne me kilte pas. Un «loch and loll» entraînant, des jeux de mots made in Astérix toujours aussi délicieux…

Page 31, c’est Vincent Cassel qui fait la rencontre du petit guerrier moustachu et de son copain à tresses livreur de menhirs. Sous les traits de l’odieux Mac Abbeh, l‘acteur, comme sur le grand écran, endosse le rôle du méchant: Il enlève la bien-aimée de Mac Oloch, personnage principal de cette 35e aventure, et envisage même de conquérir la Gaule. À la vue de son teint vert et des ossements qui ornent sa cape en poils de bête, Cassel porte bien son nouveau nom. Regard de fouine, menton retroussé et nez aquilin.

En entrant dans la légende d’Astérix, Hallyday et Cassel rejoignent Tino Rossi (Astérix en Corse), les Beatles (Astérix chez les Bretons), Sean Connery (L’Odyssée d’Astérix), Kirk Douglas (La Galère d’Obélix), Lino Ventura (La Zizanie) et bien d’autres encore… pour le plus grand bonheur des lecteurs.

 

8-11-2013, Niveau de Base, Source : http://www.lefigaro.fr

 

 

 

 

 

Connaissez-vous les  Schtroumpfs ?

 

Le Grand Schtroumpf: C’est le doyen du village, le grand chef. Il porte une barbe blanche et surtout, on le reconnaît à son habit rouge (alors que tous les autres Schtroumpfs ont des tenues blanches).

 

La Schtroumpfette : C’est la seule fille du village. A l’origine, c’est une création de Gargamel, le méchant sorcier qui veut toujours faire du mal aux Schtroumpfs.

 

Le Schtroumpf à lunettes : C’est le moralisateur du village, le donneur de leçons.   Il utilise souvent la phrase ‘Comme dit toujours le granSchtroumpf…’

 

  Le Schtroumpf costaud: C’est le fort du village. Il est sportif et s’entraîne souvent pour faire gonfler ses muscles.

 

Le Schtroumpf grognon :Il n’est jamais content et fait toujours la tête. Son expression favorite est ‘Moi, je n’aime pas…’

 Le Schtroumpf farceur : Il adore faire des blagues aux autres Schtroumpfs et leur offre souvent un cadeau dans lequel il y a toujours un explosif qui fait ‘boum’ !

 

Le Schtroumpf coquet : Il adore sa propre image et passe son temps à s’admirer. Il ne quitte jamais son miroir.

Le Schtroumpf pâtissier : Il passe la majeure partie de ses journées aux fourneaux à préparer de délicieux gâteaux. Il doit les ensuite les cacher pour éviter que le Schtroumpf gourmand ne les dévore.

 

Le bébé Schtroumpf : C’est le dernier-né du village. Au travers des albums, il ne grandit pas et reste toujours sous sa forme de petit bébé bleu.

 

Le Cosmoschtroumpf: Il se voit astronaute voyageant dans l’espace. Il rêve de trouver un jour un moyen pour aller schtroumpfer sur la lune.

 

 

 

Deja un comentario